Sud Sécurité Privée

bandeau-syndicat-sud-prevention-securite

SUD SÉCURITÉ PRIVÉE : SYNDICAT UNITAIRE DE DÉFENSE DE LA SÉCURITÉ PRIVÉE. AUTONOME ET INDÉPENDANT.

Vous êtes ici > Sud Sécurité Privée > Actualités > Une augmentation du SMIC qui fait exploser l'accord négocié sur les salaires…

TRACT
Une augmentation du SMIC qui fait exploser l’accord négocié sur les salaires…

Les syndicats « représentatifs » de la branche se fâchent tout rouge…ou plutôt font semblant, afin de sauver les meubles en réponse à notre précédent communiqué de presse ?…

Un communiqué de presse a été publié, il y a quelques jours, par les organisations syndicales représentatives de notre profession (CGT, FO, CFE-CGC, CFDT, CFTC..) pour annoncer, le ton plein de gravité (1), qu’elles ont quitté des négociations, prévues le 18 janvier, avec les patrons du secteur, parce qu’elles voulaient parler salaires !!! Qu’importe que la « négo » en question ne portait pas du tout sur les salaires et que les représentants patronaux n’avaient reçu aucun mandat pour en débattre…, l’occasion est trop belle pour faire, à grand fracas de chaises rayant le parquet, une belle sortie théâtrale…

Le motif de cette montée de fièvre, aussi brusque qu’inhabituelle, est simple à comprendre. Les mêmes syndicats en effet qui ont signés, quelques semaines plus tôt, un « accord » en bonne et due forme avec les patrons qui prévoyait 1,2 % d’augmentation de salaire pour 2019… se sont sentis tout déconfis quand soudain…, le gouvernement a annoncé – sous la pression des gilets jaunes – une revalorisation du SMIC de 1,5 %… revalorisation qui a balayé, d’un coup d’un seul, l’augmentation « négociée » de 1,2 % pour les agents et même carrément absorbé les deux premiers coefficients (120 et 130) de notre profession… !!

Les miettes qu’ils ont finalement obtenues ne permettent même plus, quelques semaines plus tard, de gagner un SMIC…
On peut comprendre, du coup, le sentiment d’humiliation de ces marathoniens de la négociation à devoir justifier aux salariés.es qu’ils ont négociés avec les patrons.
Ne leur en déplaise, SUD Sécurité Privée a fait bouger les choses…

Après avoir semé le trouble et remis en marche la problématique du Mac CQP APS, nous avions déjà relevé dans notre bulletin national (n°3), qui a sans doute éveillé quelques (mauvaises) consciences, ce que cet accord sur l’augmentation de 1,2 % avait de pitoyable et de scandaleux… et en quoi il faisait des salarié(e)s une nouvelle fois les dindons de la farce (2).

(1) Le tract est titré « Prévention sécurité : les organisations syndicales stoppent les négociations ».

(2) L’inflation sur 2018, selon l’INSEE, ayant été de 1,8 %, les syndicats représentatifs ont permis d’appauvrir les revenus de tous les agents de 0,6 % sur 2018… Nous étions déjà intervenus contre les autres syndicats, pour le maintien des coefficients 120 et 130 car cela évitait un écrasement général des salaires au plus bas, on voit qu’à force de s’abaisser face aux patrons les syndicats « représentatifs » finissent par faire leur politique.

Il n’est pas excessif de penser qu’en dénonçant une telle servilité face aux patrons du secteur, SUD Sécurité Privée soit à l’origine de leur soudaine indignation et du communiqué rédigé à la hâte…
Car ce qui est pire à supporter dans ce genre de situation, c’est qu’on ne puisse plus cacher les petits arrangements entre compères de bonne compagnie.

Il restera à vous salarié(e)s, on l’espère, d’en tirer toutes les conclusions qui s’imposent, quand il s’agira de voter pour vos prochaines élections professionnelles et de sanctionner, on l’espère, ceux d’entre eux qui sont à bout de souffle.