Sud Sécurité Privée

bandeau-syndicat-sud-prevention-securite

SUD SÉCURITÉ PRIVÉE : LE SYNDICAT QUI S’ENGAGE AVEC LES SALARIÉS DE LA SÉCURITÉ PRIVÉE

Vous êtes ici > Sud Sécurité Privée > Nos revendications

NOS REVENDICATIONS

Sud Sécurite Privée - couverture livret du salarié

> AUJOURD’HUI, SEUL LES INVESTISSEURS ONT LE DROIT ET LE DEVOIR DE GAGNER DE L’ARGENT AVEC LE TRAVAIL DES SALARIÉS. POURQUOI LES SALARIÉS N’ONT-ILS PAS LE DROIT DE GAGNER LEUR JUSTE PART ?

Le SMIC plafonne et nos salaires aussi…

Les NAO dans le secteur de la Prévention et sécurité n’apportent plus de solution à notre problématique de pouvoir d’achat et celui-ci chute tous les jours un peu plus.
De plus, il est juste de penser que le CNAPS vient compliquer les choses avec la carte professionnelle sans contre-partie salariale pour notre profession.

Pourtant, la sécurité Privée n’a jamais était aussi nécessaire.
Alors pourquoi sommes nous les plus mal payés des employés du secteur des entreprises de service ?
A qui profite le crime ?
Chacun rejette la faute sur l’autre.

> IL FAUT RETROUVER LA MÉMOIRE… NOTRE HÉRITAGE : SUD RAIL, SUD PTT, SUD AÉRIEN

Nous étions en droit de penser que les syndicats « traditionnels et historiques » avaient une réelle ambition pour améliorer la situation des salariés des entreprises de prévention et de sécurité.
Pour notre secrétaire : « … à la lecture de leurs professions de foi et de leurs programmes, rien n’a changé, ils se contentent de réclamer timidement ce qu’ils n’ont jamais eu la force ni le courage de défendre et encore moins d’obtenir… alors que leur position leur permettait bien plus… La démagogie est reine, ils en sont à promettre des téléphones portables payés par le comité d’entreprise, donc les salariés, pour arriver à motiver des candidats qui ne seront, bien-sûr, jamais en tête de liste ou formés…Il est facile d’en déduire que seul le profit et le pouvoir les motivent.  »

Les salariés vont-ils perdre la mémoire et continuer à leur faire confiance?

Aujourd’hui, rien n’est moins sûr car la situation, la précarité et le manque d’espoir de carrière dans ce métier s’est très nettement aggravé.